Une icone des années 80 pour me calmer les nerfs

Pour ceux qui ont vécu dans les années 80, entre les coupes de cheveux aussi improbables que les tenues, un objet faisait son apparition dans chaque foyer. Aussi indispensable à l’époque qu’un poste télé, rangé au rayon jouet mais se révélant être un casse tête aussi démoniaque que désespérant, le Rubik’s cube a fait les belles heures de notre enfance. A l’époque, le résoudre tenait de la légende urbaine. Personne ne connaissait personne qui l’avait déjà fait. Et il a fini par être un gadget oublié de nos jeunes années.

Tout n'est que mathématiques

Pour les férus de mathématiques, le cube (je l’appelle juste “Le Cube”), est un sujet idéal pour un exercice de dénombrements : combien le cube peut il avoir de positions différentes en sachant qu’il est composé de 6 petites pièces centrales à chaque face (qui ne changent jamais), de 12 petites pièces bicolores (les milieus) et de 8 petites pièces tricolores. Chaque pièce bicolore peut occuper l’une des douzes positions possibles, et pour chaque position, la pièce a peut avoir deux orientations possibles. De même, chaque pièce tricolore peut occuper l’une des 8 positions possibles et pour chacune des positions, avoir une chance sur trois d’être bien orientée. Pour compliquer le tout,  les pièces sont liées entre elles. Ainsi, si toutes les pièces moins une d’une face sont bien placées, alors la dernière est obligatoirement bien placée. Vous ne pouvez pas avoir un cube résolu moins une pièce. Si vous êtes fans de math, je vous laisse poser l’équation et résoudre ce petit calcul. Le résultat attendu est : 43 252 003 274 489 856 000. Sur ce chiffre phénoménal, il faut savoir qu’il n’y a qu’une et une seule position possible où le cube est résolu… Il est donc hautement probable que le cube qui traine dans vos placards soit dans une des 43 252 003 274 489 855 999 positions restantes.

Pour le résoudre, plusieurs solutions évidentes s’offrent à vous :

  • décoller les pastilles et les recoller : ça ne marche pas… vos pastilles seront définitivement abimées, déformées et vous allez vous faire capter plus vite que vous aurez eu le temps de le dire. De plus, dernièrement, ils ont sorti un nouveau modèle sans pastilles autocollantes. Les couleurs sont des pièces en plastiques moulées scellées dans la structure noire du cube.
  • démonter le cube et le remonter : ça marche super bien. N’hésitez pas à utiliser cette méthode au besoin. Pour le démonter, tournez légèrement une face, chopez le coin qui dépasse, disloquez le impitoyablement, vous en faites pas, normalement, ça tient. Dès qu’une pièce a sauté, les autres vont venir tranquillement. N’en perdez aucune, parce que là, vous aurez vraiment l’air trop bête avec un cube incomplet. Remontez le pièce par pièce, FAIT. Surtout, ne faites pas les malins à remonter les pièces dans la précipitation, n’importe comment. C’est un coup à ne jamais pouvoir le refaire. Jamais de chez jamais. Parce qu’il y a des positions que les petites pièces ne peuvent pas prendre. (notez ça, pour votre calcul). Le plus dur, au moment de remonter le cube, c’est de caler les deux dernières pièces. J’ai plusieurs fois cru que j’avais ruiné mon cube à le démonter comme ça… Là encore, il faut y aller au forcing. Faites attention à vos doigts quand même. Dernièrement, ils ont changé le mécanisme central du cube. Le mécanisme intérieur des nouveaux cubes (faces en plastique colorées scellées dans le cube) est différent du mécanisme des anciens cubes (pastilles autocollantes).

ancien mécanisme

nouveau mécanisme : notez la boule au centre

Je n’ai pas encore essayé de démonter ce nouveau cube mais je ne le sens pas trop…Il va falloir que je me renseigne pour savoir s’il y a des précautions particulières pour le démonter.

  • Et enfin, le meilleur pour la fin : le résoudre. Pour de vrai. Et ça, c’est top classe…

Résoudre le rubik’s cube pour de vrai.

Pour ma part, j’ai vu quelqu’un le résoudre pour la première fois en 1996. Je le résous moi-même depuis 2006.

En fait de le résoudre, il n’y a aucun mystère. C’est mathématique. Il y a des formules, il faut les appliquer. C’est comme résoudre une équation à une inconnue, démontrer que des droites sont parallèles ou calculer les angles d’un triangle. Vous avez un problème initial, vous avez appris les formules de mathématiques qui vont bien, vous appliquez la formule, vous trouvez la réponse.

Pour le Rubik’s Cube, c’est pareil. Vous partez d’une position d’origine, et la formule va vous permettre d’arriver à une position finale. Cela se fait en étapes.

A chaque étape, vous résolvez de plus en plus de pièces du cube (il y a une vingtaine de pièces à placer et à orienter correctement, vous imaginez bien qu’on ne fait pas les 20 pièces en une fois… quoique…) et en contrepartie, vous réduisez le nombre de possibilités initial (43 252 003 274 489 855 999) de manière exponentielle… Je ne retrouve plus le site qui recomptait à chaque fois le nombre de possibilités une fois qu’une étape était résolue mais cela va assez vite.

En fait, quand vous suivez une méthode, il arrivera un moment où le tutoriel va vous dire : arrivé à ce moment là, il ne reste que 3 possibilités… Or, votre cube est encore LOIN d’être résolu alors obligé, vous êtes sceptiques. Et pourtant, magie des mathématiques, vous le ferez encore et encore et encore et oui, il n’y aura que 3 possibilités et vous vous repentirez d’avoir douté.

Et le jour où vous aurez une 4eme possibilité, regardez bien votre cube… Cela voudra dire que vous avez fait une erreur dans une étape antérieure.

Plusieurs méthodes pour aborder le cube

De la même façon qu’il existe plusieurs façons d’aborder un problème de mathématique, il existe plusieurs façons de résoudre un Rubik’s Cube. Et rassurez vous, l’analogie avec les mathématiques s’arrête là. Explorez le web, recherchez sur les sites vidéos ou les sites normaux. Certaines méthodes sont hélas incompréhensibles, désolé pour leurs auteurs mais heureusement, la plupart des sites ont des explications plutôt claires. Certaines méthodes sont dérivées les unes des autres. N’hésitez pas à les tester et à les croiser quand vous commencerez à savoir jongler avec votre cube. Il y a des méthodes classiques, des méthodes universelles, des méthodes ultimes. Certaines méthodes portent le nom de leurs découvreurs / fondateurs / inventeurs.. (quoi dire ?... est-ce qu’on invente une méthode ? ).

Certaines méthodes ont été conçues pour résoudre le cube le plus rapidement possible. Ce sont avec celles là que vous tenterez de battre des records, sur la trace des champions : Minh Thai, Jessica Fridrich, Lars Petrus.

Vous avez le choix entre résoudre le cube le plus rapidement possible, toutes méthodes confondues, résoudre le cube le plus rapidement possible d’une seule main, résoudre le cube avec le moins de mouvements possibles, le minimum calculé est de 20 mouvements et le résoudre à l’aveugle. En fonction de l’exploit que vous voulez atteindre, vous n’aurez pas les mêmes méthodes à appliquer.

Personnellement, j’alterne entre plusieurs méthodes différentes mais je ne vise pas la performance. Cela varie les plaisirs et ça fait travailler ma mémoire. Aucun challenge là dedans, juste assez pour me relaxer et faire tourner le cube.

Ne vous arrêtez surtout pas à la première méthode. Tout d'abord, vous aurez l'impression de toujours faire la même chose, cela va finir par vous lasser et vous vous le délaisserez. Ensuite, vous allez indûment penser qu'il n'existe qu'une seule méthode pour le résoudre et que les autres ne seraient que des ersatz de cette première méthode alors que non. Et enfin, s'arrêter à la première méthode, c'est comme si vous vous contentiez de faire la planche dans la piscine quand vous annoncez que vous avez pris des leçons de natation...

Si les records vous intéressent, je vous invite à chercher sur le web. Pour ce que je sais, le cube, victime de son succès, a été copié par d’autres fabricants. Il existe notamment des clones chinois qui ont des mécanismes plus fluides que le cube original. Ils sont donc recommandés pour le speedcubing. Il existe également des lubrifiants, commercialisés notamment par Rubik’s, pour rendre votre cube plus souple. Rubik’s a également commercialisé cette année (2014) un cube dédié au speedcubing. L’accès à son mécanisme central a été facilité et il est possible de régler (et personnaliser) la tension des ressorts qui retiennent les pièces entre elles afin de les rendre plus ou moins souples.

Une fois que votre cube est bien fluide, je vous invite à rechercher sur Youtube les vidéos de “finger tricks” qui vous montreront comment vous pouvez augmenter votre vélocité grâce au positionnement de vos mains (et de vos doigts) sur votre cube.

Je vous donne rendez vous dans un prochain post pour parler plus en détail des différentes méthodes.


Oh, pourquoi je le démonte si je sais le résoudre ? Le vrai avantage à démonter un Rubik’s cube, hormis le fait qu’on peut impressionner ces amis après coup, c’est qu’on peut nettoyer chaque pièce soigneusement… Ca aide quand il a un peu traîné dans les coins et qu’il grince quand on le manipule. Et ça permet d’accéder au mécanisme central et de le graisser ou de réduire les tensions si vous voulez qu’il soit plus… souple.

Ajouter un commentaire